psyche 1
Fitness

Nous devons parler

Une nouvelle étude britannique ne confirme pas seulement ce que nous savons depuis longtemps, à savoir que le golf est bon pour notre psychisme. Elle suggère également que nous devrions nous intéresser davantage à cette thématique.

«Si quelqu'un joue mal au golf, il n'a pas besoin d'un professeur de golf, mais d'un psychiatre», a déclaré un jour le politicien américain Tom Murphy, fou de golf. «L'esprit gâche plus de coups que le corps», selon Tommy Bolt, 15 fois vainqueur de tournois PGA. «J'étais à quelques centimètres de devenir un golfeur hors pair, à savoir la distance entre mon oreille gauche et mon oreille droite», a déclaré pour sa part le titulaire de Major Ben Crenshaw. Tout le monde s'accorde à dire que le golf est une affaire de tête. C'est pourquoi les livres de conseils sur l'approche mentale et l'autopersuasion dans le golf remplissent des bibliothèques entières, alors que chaque joueur professionnel se dote de son propre coach mental. Si l'on tape les mots clés «golf» et «mental» sur Google, le moteur de recherche affiche plus de 160 millions de résultats. Or, on a tendance à l’oublier: ce n’est pas seulement le mental qui influence le jeu – le golf a lui aussi un impact sur le psychisme.

Selon un sondage, le plus grand bénéfice du golf pour le bien-être réside dans l’activité en plein air et en pleine nature, tout en nous distrayant du stress et des soucis.

Pour examiner de plus près ce lien, la compagnie d'assurance britannique Golf Care a interrogé 1623 golfeuses et golfeurs, dont près d'un tiers ont avoué avoir déjà eu un problème psychique dans leur vie. Les résultats publiés au printemps 2023 ne laissent aucun doute: le golf a un effet positif sur la santé mentale. Un nombre impressionnant de 95% des personnes interrogées étaient d'accord avec cette affirmation; 89% ont déclaré en avoir fait personnellement l'expérience. Seul 1% a estimé que le golf n'avait pas d'influence sur le mental et seulement 4% ont dit que le golf n'avait pas contribué à améliorer leur propre santé mentale.

Selon les personnes sondées, les principaux avantages du golf pour le bien-être sont le séjour à l'air libre dans la nature (92%) ainsi que la distraction du stress ou des soucis (77%). Une meilleure humeur, un niveau d'énergie accru, moins de troubles anxieux, une meilleure qualité de sommeil et une meilleure estime de soi ont également été fréquemment cités parmi les avantages. En outre, 87% ont déclaré apprécier le golf justement parce qu'il leur donne la possibilité d'interagir socialement. Le fait qu'on puisse également jouer au golf seul, simplement parce qu’on en a envie, a été perçu comme un baume pour l'âme par 20% des personnes interrogées.

Psyche 0

Ce qui est valable pour les golfeurs amateurs l'est encore plus pour le sport de haut niveau, très dur, axé sur le succès, l'argent et les trophées. Puissants, sûrs d'eux, performants – c'est ainsi que les athlètes sont généralement perçus. C'est ainsi qu'ils aiment se voir aussi. Mais la réalité est souvent différente, un fait qui est désormais entré dans la conscience collective. En 2009, lorsque le footballeur professionnel allemand Robert Enke s'est suicidé, l'image idéale de l'athlète aux nerfs d'acier s'est pour la première fois fissurée. Puis, des icônes comme le nageur Michael Phelps, la star du ski Lindsey Vonn et le boxeur Tyson Fury ont soudain parlé du stress mental. La star du tennis Naomi Osaka et la gymnaste d'exception Simone Biles sont même devenues des figures emblématiques du débat, car elles ont parlé avec une franchise inhabituelle des problèmes de santé mentale qu'elles ressentaient. Et dans le golf professionnel? Heureusement, un changement de mentalité y a également eu lieu.

Voici un pro et une proette qui ne considèrent pas les problèmes psychiques comme un sujet tabou: Rory McIlroy et Charley Hull...
Psyche 4
Psyche 5

La santé mentale n'était en tout cas pas un sujet tabou pour Rory McIlroy lorsqu'il a pris un congé sabbatique après sa performance décevante au Masters en avril: il s'était senti «fragilisé» sous la pression qu'il s'était lui-même imposée et avait besoin d'une pause pour se consacrer à son bien-être mental et émotionnel, a-t-il déclaré. Et pour la joueuse du top 15 mondial, Charley Hull, le fait de savoir qu'elle souffrait d'un trouble ADHS (déficit de l'attention/hyperactivité) et de pouvoir en parler librement a été tout à fait salutaire. Avant de pouvoir mettre un nom sur son mal, elle se sentait «comme une prisonnière dans sa propre tête», a confié l'Anglaise de 27 ans à la BBC début juillet, quelques jours seulement après avoir retrouvé sa forme lors de l'U.S. Women's Open Championship avec un dernier tour de 66 et une deuxième place partagée.

Ce qui est valable pour les golfeurs amateurs l'est d'autant plus pour le sport de haut niveau, axé sur le succès, l'argent et les trophées.

L'enquête sur la tabouisation du sujet donne une image mitigée. Tout de même 46% des personnes interrogées ont indiqué qu'elles pourraient s'imaginer parler de leur santé mentale avec d'autres golfeurs – un signe que les clubs et parcours de golf offrent de plus en plus souvent un espace pour des discussions intimes. Toutefois, ils ont été encore plus nombreux – 61% – à préférer discuter d'éventuels problèmes avec leur famille et leurs proches. Mais surtout, plus de 40% des sondés estimaient qu'il y avait encore trop peu de sensibilisation aux problèmes psychiques dans le golf; 45% ont déclaré ne pas être sûrs à ce sujet.

«Bien que des progrès significatifs aient été réalisés ces dernières années, il est clair qu'il reste encore beaucoup à faire en matière de sensibilisation à la santé mentale dans le golf», a déclaré John Woosey, fondateur de Golf Care, à propos de cette enquête. Ajoutant que chacun a la responsabilité de créer un environnement dans lequel les gens se sentent à l'aise lorsqu'ils parlent de leur santé mentale, quelle que soient la situation ou les circonstances. «Pendant trop longtemps, les parcours de golf ont été considérés comme des espaces excessivement masculins dans lesquels les gens ne pouvaient peut-être pas parler ouvertement de leurs préoccupations et de leurs sentiments», a-t-il précisé.